Scènes d’intimité au cinéma: Cassel dit prendre soin de «mettre [ses] partenaires à l’aise»


«J’ai toujours tout fait pour mettre mes partenaires à l’aise» dans les scènes d’intimité, a confié à l’AFP l’acteur Vincent Cassel, à l’affiche du film de David Cronenberg Les Linceuls, en compétition lundi à Cannes. 

Interrogé sur la prise de conscience de l’industrie du cinéma sur la question des violences sexuelles et les conséquences de #MeToo sur les tournages, il a expliqué avoir constaté la présence plus fréquente de coordinateurs d’intimité sur place.

«Je sais que ce n’est facile pour personne, moi ça me fait chier d’embrasser quelqu’un sur un plateau», a poursuivi l’acteur de 57 ans, dont c’est la troisième collaboration avec Cronenberg depuis Les promesses de l’ombre (2007). «Donc, en général, je fais deux caïpirinhas dans la loge, allons nous amuser avec ça, et ça va pas durer. Plus on s’amuse vite, et plus c’est court».

«À partir du moment où il n’y a pas d’ambiguïté à aucun endroit, il n’y a pas de problème», a-t-il ajouté.

«Je comprends qu’il y a dû avoir des gens qui ont pu profiter de la situation à certains moments, ou faire des trucs libidineux, et c’est bien que ça ait évolué dans ce sens-là. Mais moi, je n’ai jamais eu un problème sur un plateau avec ça, et pourtant des scènes de cul j’en ai fait», a-t-il conclu.

Également interrogée sur le sujet, sa partenaire à l’écran dans Les Linceuls, l’actrice Diane Kruger, 47 ans, qui a tourné aussi bien en Allemagne et en France qu’à Hollywood (Troie, Inglourious Basterds), a confié avoir vu aussi les choses évoluer, d’abord aux États-Unis: «C’est très réglementé. Il y a maintenant un conseiller, vous savez exactement les plans faits à l’avance. Ça devient moins spontané, on sait à quoi s’attendre».

Quant au mouvement #MeToo en France, qui est au cœur du Festival de Cannes cette année, l’actrice «pense que ça y est, c’est fait ici. C’était un peu en retard par rapport aux États-Unis, et c’était un moment important pour la France. Maintenant, il faudra voir comment ça va être géré».

Interrogée sur le comportement de Benoît Jacquot sur le tournage du film Les adieux à la reine, Diane Kruger a répondu: «Avec moi, il était impeccable».

Le réalisateur a été mis en cause par plusieurs actrices, dont Judith Godrèche, qui a porté plainte contre lui pour viols sur mineur.





Source link